Deux professeurs ISblue reconnus pour leur recherche sur le silicium dans l’océan

Suite à la publication d’un article sur le silicium dans la revue Biogeosciences, le journal quotidien Le Télégramme titre « L’IUEM de Plouzané en pointe mondiale sur le silicium dans l’océan. »

Un groupe de recherche international piloté par Paul Tréguer et Jill Sutton du laboratoire LEMAR à l’IUEM, en coopération avec des chercheurs allemands, anglais, espagnols, étatsuniens, et chinois viennent de publier dans la revue Biogeosciences un article de synthèse sur le cycle du silicium dans l’océan moderne.

En un quart de siècle, c’est le troisième article de synthèse piloté par des chercheurs de l’IUEM qui confirme ainsi son rôle leader mondial sur ce thème scientifique (références des articles : Tréguer et al. Science, 268, 375-379 (1995): 1518 citations; Tréguer & De La Rocha, Annual Review of Marine Sciences, 5, 477-501 (2013) : 515 citations.)

Cette étude montre que les apports de silicium dans l’océan (dus aux fleuves, aux résurgences, à l’activité hydrothermale, à la dissolution des roches siliceuses, aux vents, …) sont actuellement équilibrés par les bio-dépôts dans les sédiments.

Trois organismes marins à enveloppe de verre : une diatomée (crédit : Aude Leynaert, IUEM) ; un rhizaire (crédit : Natalia LLopis Monferrer, IUEM) ;
une éponge siliceuse (crédit : Lauvent Chauvaud, CNRS).

Cependant le cycle du silicium est, comme celui du carbone, soumis à de fortes pressions des activités humaines (changement climatique, constructions de barrages sur les fleuves, pratiques agricoles qui engendrent l’érosion des sols).

Au cours du 21ème siècle, ces perturbations pourraient fortement affecter la production des organismes siliceux et déséquilibrer le cycle global du silicium.

Jill Sutton et Paul Tréguer ont ouvert l’an passé, avec le soutien d’ ISblue, une « Silica School » en ligne, intitulée : « La silice : de la poussière stellaire au monde vivant ». A cette école participent des chercheurs de 30 instituts de recherche et universités de 12 pays différents.