Accueil · Conférence d’Arthur Blanluet – Dispositifs de concentration de poissons dérivants et AMP pélagiques : ont-ils entrainé les thons en dehors des limites de l’AMP ?

Conférence d’Arthur Blanluet – Dispositifs de concentration de poissons dérivants et AMP pélagiques : ont-ils entrainé les thons en dehors des limites de l’AMP ?

10 mai 2022, N/O Marion Dufresne, au large des côtes de l’Afrique du Sud


Author: Angèle Nicolas

Arthur Blanluet est un post-doctorant en acoustique et écologie marine à l’Université du Queensland à Brisbane. Le 10 mai, il nous a donné une conférence sur le comportement et la distribution du thon dans la zone marine protégée de l’atoll de Palmyre en analysant les données des dispositifs dérivants d’agrégation de poissons.

Dispositifs d'agrégation flottants dérivants

Les dispositifs de concentration de poissions dérivants (DCP) sont composés d’un radeau et d’une queue en vieux filets pour ralentir le dispositif et attirent les poissons, notamment les thons. Cette technique de pêche est très efficace, des tonnes de thons se rassemblent autour des DCP. On pense que les thons se regroupent autour des DCP pour se rencontrer et former un banc, plutôt que pour chasser. Ces structures ciblent principalement le thon listao (Katsuwonus pelamis). Cependant, elles attirent également les juvéniles de thon à nageoires jaunes et de thon à gros yeux, qui sont des espèces menacées, et peuvent entraîner des prises accessoires de requins, de tortues ou de mammifères marins. Les DCP constituent également une menace pour les récifs coralliens lorsqu’ils s’y posent.

Localisation of the Palmyra MPA.

Les recherches d’Arthur portent sur le Pacific Remote Island Marine National Monument, une vaste aire marine protégée (AMP) des États-Unis créé en 2009. Dans cette zone, il existe un accord entre « The Nature Conservancy », une organisation à but non lucratif, et des sociétés de pêche américaines pour rendre les données des DCP accessibles pour la recherche (position et acoustique des appareils entrant dans l’AMP). Les objectifs de ce partenariat sont de détecter les DCP avant qu’ils ne s’échouent sur l’atoll et, ce sur quoi Arthur travaille, d’étudier le comportement des thons dans l’ AMP.

Les DCP portent des échosondeurs qui « balaient » la colonne d’eau de 3 à 115m. Les signaux acoustiques détectant des thons sous les DCP sont directement convertis en biomasse potentielle de thons listao et envoyés par satellite à la base de données scientifique.

Trajectoires des DCP qui ont traversé l'AMP de Palmyra pendant les 9 derniers mois.

L’analyse de ces donné a montré que 178 DCP ont traversé l’AMP au cours des 9 derniers mois et seuls 3 échouages ont été enregistrés. Le cycle jour/nuit semble avoir un grand impact sur la distribution des thons en profondeur ; la plupart des poissons se rassemblent à l’aube dans les couches les plus profondes (80-115m). La présence d’une île ne semble pas influencer la présence de thon : aucune relation n’a été trouvée entre la biomasse de thon et la distance de l’île. Il en va de même pour la chlorophylle-a et la profondeur de la thermocline. Par contre, les analyses statistiques démontrent que les vitesses des courants et les températures de surface de la mer estimées par satellite semblent avoir un impact positif sur la biomasse de thon. De plus, le temps passé par un DCP dans l’AMP n’a qu’un faible impact sur la biomasse de thon et les données ne montrent pas d’export de thons depuis l’AMP vers l’extérieur.

Dans les prochains mois, les données obtenues à l’intérieur de l’AMP seront comparées à celles obtenues à l’extérieur de cette dernière (par exemple à l’échelle de la zone économique exclusive) afin de voir si les taux d’agrégation sont les mêmes dans ces deux zones. Les résultats seront également comparés aux données de télémetrie obtenues sur des thons (de manière similaire aux données des balises étudiées par Gwenith Penry sur les baleines) afin d’avoir une vision plus précise des distributions des poissons. De plus, des données sur les composantes inférieures des écosystèmes pélagiques pourraient être mesurées en utilisant l’acoustique sur les drone à voile.

Drone à voile: Véhicule de surface autonome alimenté par le vent et le soleil, enregistrant des données pendant plusieurs mois. (c) Saildrones

Continuez votre navigation

Retour à la page d’accueil