Accueil · Conférence de Damian Mooney – L’ingénierie pour la science et la conservation marine

Conférence de Damian Mooney – L’ingénierie pour la science et la conservation marine

28 Avril 2022, N/O Marion Dufresne, Canal du Mozambique


Auteurs: Luis Chomienne, Illona Ribot, Christophe Mocquet

Damian Moorey est ingénieur à l’Université Nelson Mandela, en Afrique du Sud. Il a rejoint en 2017 le groupe des opérations autonomes (GOA), composé de pilotes de drones, de pilotes d’essai ainsi que d’ingénieurs. Cette équipe fournit des solutions d’ingénierie aux équipes scientifiques de l’université, et accompagne les projets des étudiants en master et en doctorat. Selon Damian, « si vous avez besoin de quelque chose, nous le créons ». Sur le navire, ils se tiennent prêts à envoyer leur drone lorsque la présence de mammifères marins est signalée. Leur drone, Snotbot, est envoyé pour collecter le mucus des respirations de baleine. Ce drone a déjà fait ses preuves avec cette équipe en Afrique du Sud (voir la conférence de Mandy).

En Afrique du Sud, le budget est limité, c’est pourquoi ils travaillent sur des drones beaucoup moins chers que les avions. Une de leurs inventions est un avion radiocommandé pour la livraison de colis en mer grâce à un système GPS et un système de recherche automatique. Celui-ci a été testé avec succès mais en raison des réglementations locales, le drone n’a pas pu être testé en mer… Un autre drone est destiné à la sécurité des maisons car en Afrique du Sud, beaucoup de maisons ont un système d’alarme mais la réaction des agents de sécurité est trop lente pour arrêter les cambrioleurs. Le but de ce drone est d’être déployé automatiquement depuis le voisinage pour détecter les cambrioleurs et les suivre pour guider les agents de sécurité.

Ils ont également de nombreux projets d’avions hybrides. Par exemple, ils placent des panneaux solaires sur les avions, augmentant leur autonomie à plus de 7 heures, d’une utilité particulière pour la surveillance marine. Ils travaillent sur l’étonnant projet d’un avion à décollage vertical (VTOL aircraft) dont les moteurs électriques à réponse rapide rendent l’appareil particulièrement stable. Ce bijou d’ingénierie combine l’énergie électrique et l’énergie pétrolière pour obtenir des performances optimales. L’efficacité de l’énergie produite par le pétrole permet au VTOL d’avoir une meilleure endurance que celle produite par les batteries au lithium. Une autre invention incroyable est un avion à décollage super court (Super STOL, image 7 et 8), portant plusieurs petits moteurs à hélice sur les ailes et la dérive, augmentant la vitesse du vent sur les ailes, créant ainsi plus de portance. Le Super STOL peut ainsi voler à basse vitesse.

Enfin, dans le cadre de la surveillance maritime, notamment pour contrôler le braconnage de poissons, le GOA a fourni un planeur motorisé équipé d’une caméra permettant une surveillance continue à distance pendant environ 24 heures.

Continuer votre navigation

Retour à la page d’accueil